"Un Papa, une Maman, une famille formidable" ; celle que nous décrit Florence Cestac dans sa dernière BD, comme une démonstration que le slogan des manifestations anti-mariage pour tous n'est peut-être pas la panacée. 

Florence Cestac, dessinatrice, Grand Prix du Festival de la Bande Dessinée d'Angoulême a attendu le décès de sa mère, pour nous raconter son enfance et son adolescence dans une famille bourgeoise de  province où le père travaillait, la mère élevait les enfants, servait son mari, soumise et dépendante.

La dessinatrice pose la question de comment se construire avec "tout ça" :  cet héritage de la famille "modèle" de la France conservatrice des Trente Glorieuses.

Elle s'interroge sur le modèle familial de l'époque, nous offrant ainsi une bande dessinée féministe et très drôle à la fois, avec ce trait caractéristiques et ses "gros nez" incontournables. (Valérie)

 

.

Nous avons détecté une activité suspecte. Veuillez cliquer ici pour poursuivre.

Valérie